preload

Grève du lait 2009 sur fond de division syndicale.

Posted on août 15, 2019 at 09:11

La grève du lait divise les éleveurs

Deux syndicats minoritaires ont appelé hier les éleveurs européens à entamer une grève du lait pour faire remonter les cours. Opposé à l’opération, le principal syndicat, la FNSEA, estime qu’elle sera peu suivie.
ECH20507091_1.jpg
Publié le 11/09/09 à 01h01

« J’appelle à l’ouverture des vannes, dès la traite de ce soir ! »Après des mois et des mois d’ébullition, la grève du lait est lancée. Devant plusieurs centaines de producteurs rassemblés sur l’esplanade des Invalides à Paris, Pascal Massol, le président de l’Association des producteurs de lait indépendants (APLI), a solennellement appelé hier les éleveurs français et européens à ne plus remplir leurs tanks ni approvisionner leurs clients comme Entremont, Lactalis ou Danone. Ceci pour une durée indéterminée.

Le mouvement pourrait s’étendre dans certains pays d’Europe. D’autres membres de la fédération European Milk Board, les Allemands et Néerlandais, s’affirment solidaires sans appeler officiellement à la grève, pour ne pas être sanctionnés par les autorités chargées de la concurrence. L’organisation de producteurs belges MIG devait, pour sa part, soumettre le sujet hier soir à ses membres.

Divergences parmi les Vingt-Sept
Sur le papier, si les éleveurs jettent leur lait ou le donnent directement à des consommateurs, les prix devraient remonter. Pas sûr cependant que cela suffise. Le mouvement annoncé hier est en effet le fait de syndicats minoritaires, l’APLI et la Coordination rurale. La FNSEA, majoritaire, s’y montre, elle, très hostile. C’est une « aberration », a redit hier son président, Jean-Michel Lemétayer, sur BFM Radio, affirmant que la grève serait « peu suivie ». La FNSEA continue à se féliciter de l’accord sur le prix du lait qu’elle a signé avec les industriels en juin, même si nombre d’agriculteurs jugent que les tarifs ainsi avalisés sont bien trop faibles.

Si les syndicats se montrent ainsi divisés, les pays européens le sont également. Faut-il ou non libéraliser le marché laitier ? Comment éviter que les prix jouent au yo-yo ? Lundi, à Bruxelles, les ministres de l’Agriculture des Vingt-Sept ont affiché leurs divergences sur le sujet. Les uns souhaitent la poursuite de l’ouverture du marché. D’autres, comme la France et l’Allemagne, plaident au contraire pour le maintien des quotas laitiers. Derrière les prix du lait surgissent ainsi des questions plus globales sur la régulation des marchés, et la place des agriculteurs dans l’économie. Ce que montre bien le discours de Pascal Massol : « Qui peut nous reprocher de vouloir garder dans notre vocabulaire les mots : pâture, foin, rosée, orage, fourche, crème, coq et même fumier ? »a-t-il demandé hier aux Invalides

L’APLI, c’est quoi ?

Posted on Sep 13 2021 at 14 h 42 min

Une Association de Producteurs de Lait Indépendants, œuvrant pour défendre un prix du lait décent [...]

Read More

Communiqué : Cora retire progressivement le lait équitable de ses rayons ! L’Apli réagit

Posted on Sep 10 2021 at 11 h 07 min

L’APLI s’est engagée à maintenir une pression importante sur les enseignes et les transformateurs pour [...]

Read More

L’Apli, c’est qui ?

Posted on Sep 04 2021 at 18 h 45 min

Voici notre nouveau Président des Producteurs de Lait Indépendants

Read More